25 millions. C'est la somme que Bernie Ecclestone, grand argentier de la Formule 1, propose de verser à la banque Bayern LB avec qui il est en procès pour corruption, afin d'obtenir un non-lieu et de classer définitivement l'affaire.

Pour mieux comprendre cette histoire dont tout le monde parle et qui va surement continuer à faire couler beaucoup d'encre dans les jours et les mois à venir, remontons un peu dans le temps. Bernie Ecclestone devient patron de la Formule 1 en 1970. En 2006-2007, Bernie Eccclestone souhaite que CVC Capital, un fond d'investissement, rachètent les droits de la F1, appartenant à la banque allemande Bayern LB. Cet achat lui permettrait de garder la main mise sur la Formule 1. Quelques années plus tard, il est découvert qu'Ecclestone a payé près de 44 millions de pots de vins à Gerhard Gribkowsky, employé de la Bayern LB, afin de faciliter la vente des droits de la F1. A la suite de cette histoire, le banquier Gribkowsky est condamné à 8 ans et demi de prison pour corruption en 2012. Ecclestone, lui, plaide l'innocence en affirmant qu'il s'est senti menacé par le banquier.

Bernie Ecclestone risquait jusqu'à dix ans de prison ferme en cas de condamnation par la justice allemande. Les avocats de l'homme d'affaire britannique ont estimé que les charges pénales pesant sur leur client étaient "hautement douteuses" et qu'il s'agissait d'une "procédure extrêmement lourde" selon l'intéressé lui-même.

Mardi, Bernie Ecclestone aurait proposé à la justice allemande de verser directement 25 millions d'euros à la Bayern LB afin d'obtenir un non lieu et de pouvoir classer l'affaire sans suite. Si cette annonce fait l'effet d'un pavé jeté dans la marre, il est néanmoins affirmé que cette pratique est relativement courante en Allemagne. Cette affaire sera reprise en début de semaine prochaine par le parquet. Si Bernie Ecclestone confirme sa volonté de verser 25 millions et si la Bayern LB accepte ce deal, le patron de 83 ans aura de forte chances d'entrevoir le bout du tunnel.